Comprendre l’immunothérapie

L’immunothérapie, également appelée thérapie biologique, est un type de traitement contre le cancer qui renforce les défenses naturelles de l’organisme pour lutter contre le cancer. Il utilise des substances fabriquées par l’organisme ou en laboratoire pour améliorer ou restaurer la fonction du système immunitaire. L’immunothérapie peut fonctionner par:

  • Arrêter ou ralentir la croissance des cellules cancéreuses
  • Empêcher le cancer de se propager à d’autres parties du corps
  • Aider le système immunitaire à mieux détruire les cellules cancéreuses

Il existe plusieurs types d’immunothérapie, notamment:

  • Anticorps monoclonaux et thérapies agnostiques aux tumeurs
  • Immunothérapies non spécifiques
  • Thérapie virale oncolytique
  • Thérapie par cellules T
  • Vaccins contre le cancer

Anticorps monoclonaux et thérapies agnostiques aux tumeurs

Lorsque le système immunitaire du corps détecte quelque chose de nocif, il produit des anticorps. Les anticorps sont des protéines qui combattent l’infection.

Les anticorps monoclonaux sont un type spécifique de thérapie fabriqué en laboratoire. Ils peuvent être utilisés de différentes manières. Par exemple, les anticorps monoclonaux peuvent être utilisés comme thérapie ciblée pour bloquer une protéine anormale dans une cellule cancéreuse.

Les anticorps monoclonaux peuvent également être utilisés comme immunothérapie. Par exemple, certains anticorps monoclonaux se fixent à des protéines spécifiques des cellules cancéreuses. Cela marque les cellules afin que le système immunitaire puisse trouver et détruire ces cellules.

D’autres types d’anticorps agissent en relâchant les freins du système immunitaire pour détruire les cellules cancéreuses. Les voies PD-1 / PD-L1 et CTLA-4 sont essentielles à la capacité du système immunitaire à contrôler la croissance du cancer. Ces voies sont souvent appelées points de contrôle immunitaires. De nombreux cancers utilisent ces voies pour échapper au système immunitaire. Le système immunitaire répond au cancer en bloquant ces voies avec des anticorps spécifiques appelés inhibiteurs du point de contrôle immunitaire. Une fois que le système immunitaire est capable de détecter le cancer et d’y répondre, il peut arrêter ou ralentir la croissance du cancer.

Voici des exemples d’inhibiteurs du point de contrôle immunitaire:

  • Ipilimumab (Yervoy)
  • Nivolumab (Opdivo)
  • Pembrolizumab (Keytruda)
  • Atezolizumab (Tecentriq)
  • Avelumab (Bavencio)
  • Durvalumab (Imfinzi)

Des essais cliniques d’anticorps monoclonaux sont en cours pour plusieurs types de cancers. Alors que de nombreux inhibiteurs du point de contrôle immunitaire sont approuvés pour des cancers spécifiques, certains sont utilisés pour traiter les tumeurs n’importe où dans le corps en se concentrant sur un changement génétique spécifique. Celles-ci sont appelées «traitements agnostiques aux tumeurs». Par exemple, le pembrolizumab a été approuvé par la FDA pour traiter les tumeurs métastatiques ou les tumeurs qui ne peuvent pas être traitées par chirurgie. Ces tumeurs doivent également présenter des modifications génétiques spécifiques appelées microsatellites à instabilité élevée (MSI-H) ou déficit de réparation des mésappariements d’ADN (dMMR). Les tumeurs qui ont MSI-H ou dMMR ne réparent pas très bien les dommages à leur ADN. Cela signifie qu’ils développent souvent de nombreuses mutations ou changements d’ADN dans leur ADN. Ces changements permettent aux cellules immunitaires de trouver et d’attaquer plus facilement la tumeur.

Nivolumab est un médicament similaire qui a été approuvé pour traiter le cancer colorectal métastatique avec MSI-H ou dMMR lorsque la chimiothérapie ne fonctionne pas. 

Les effets secondaires du traitement par anticorps monoclonaux dépendent de l’objectif du médicament. Par exemple, les effets secondaires des anticorps monoclonaux utilisés pour la thérapie ciblée sont différents de ceux utilisés pour l’immunothérapie. Les effets secondaires des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire peuvent inclure des effets secondaires similaires à une réaction allergique.

Immunothérapies non spécifiques

Comme les anticorps monoclonaux, les immunothérapies non spécifiques aident également le système immunitaire à détruire les cellules cancéreuses. La plupart des immunothérapies non spécifiques sont administrées après ou en même temps que d’autres traitements contre le cancer, comme la chimiothérapie ou la radiothérapie. Cependant, certaines immunothérapies non spécifiques sont données comme traitement anticancéreux principal.

Les immunothérapies non spécifiques courantes sont:

  • Interférons. Les interférons aident le système immunitaire à combattre le cancer et peuvent ralentir la croissance des cellules cancéreuses. Un type d’interféron fabriqué en laboratoire est appelé interféron alpha (Roferon-A [2a], Intron A [2b], Alferon [2a]). Il s’agit du type d’interféron le plus couramment utilisé dans le traitement du cancer. Les effets secondaires du traitement par interféron peuvent inclure des symptômes pseudo-grippaux, un risque accru d’infection, des éruptions cutanées et une perte de cheveux.
  • Interleukins. Les interleukines aident le système immunitaire à produire des cellules qui détruisent le cancer. Une interleukine fabriquée en laboratoire est appelée interleukine-2, IL-2 ou aldesleukine (Proleukin). Il est utilisé pour traiter le cancer du rein et le cancer de la peau , y compris le mélanome . Les effets secondaires courants du traitement à l’IL-2 comprennent la prise de poids et l’hypotension artérielle. Certaines personnes peuvent également présenter des symptômes pseudo-grippaux.

Thérapie virale oncolytique

La thérapie par virus oncolytique utilise des virus génétiquement modifiés pour tuer les cellules cancéreuses. Tout d’abord, le médecin injecte un virus dans la tumeur. Le virus pénètre ensuite dans les cellules cancéreuses et se reproduit. En conséquence, les cellules éclatent et meurent. À mesure que les cellules meurent, elles libèrent des substances spécifiques appelées antigènes. Cela déclenche le système immunitaire du patient pour cibler toutes les cellules cancéreuses du corps qui ont ces mêmes antigènes. Le virus n’entre pas dans les cellules saines.

En 2015, la Food and Drug Administration des États-Unis a approuvé la première thérapie à base de virus oncolytique pour traiter le mélanome. Le virus utilisé dans le traitement est appelé talimogène laherparepvec (Imlygic), ou T-VEC. Le virus est une version génétiquement modifiée du virus de l’herpès simplex qui provoque des boutons de fièvre. Le médecin peut injecter T-VEC directement dans les zones de mélanome qu’un chirurgien ne peut pas retirer. Les gens reçoivent une série d’injections jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de zones de mélanome. Les effets secondaires peuvent inclure:

  • Fatigue
  • Fièvre
  • Frissons
  • La nausée
  • Symptômes pseudo-grippaux
  • Douleur au site d’injection

Les chercheurs testent d’autres virus oncolytiques pour différents types de cancer dans des essais cliniques. Ils testent également les virus en combinaison avec d’autres traitements, tels que la chimiothérapie.

Thérapie par cellules T

Les cellules T sont des cellules immunitaires qui combattent l’infection. Dans la thérapie par cellules T, certaines cellules T sont retirées du sang d’un patient. Ensuite, les cellules sont modifiées dans un laboratoire afin qu’elles aient des protéines spécifiques appelées récepteurs. Les récepteurs permettent à ces cellules T de reconnaître les cellules cancéreuses. Les cellules T modifiées sont cultivées en laboratoire et renvoyées dans le corps du patient. Une fois sur place, ils recherchent et détruisent les cellules cancéreuses. Ce type de thérapie est appelée thérapie par cellules T du récepteur de l’antigène chimérique (CAR).

L’utilisation des cellules T pour la thérapie CAR a été très efficace dans le traitement de certains cancers du sang. Les chercheurs étudient toujours cette possibilité et d’autres façons de modifier les cellules T pour traiter le cancer.

Vaccins contre le cancer

Un vaccin contre le cancer est une autre méthode utilisée pour aider le corps à combattre les maladies. Un vaccin expose le système immunitaire à un antigène. Cela déclenche le système immunitaire à reconnaître et à détruire cet antigène ou les matières apparentées. Il existe 2 types de vaccins contre le cancer: les vaccins de prévention et les vaccins de traitement.

Les exemples ci-dessus n’incluent pas tous les types de traitement d’immunothérapie. Les chercheurs étudient de nombreux nouveaux médicaments. 

Questions à poser à l’équipe soignante

Demandez à votre équipe soignante si l’immunothérapie peut faire partie de votre plan de traitement. Si oui, envisagez de poser ces questions:

  • Quel type d’immunothérapie recommandez-vous? Pourquoi?
  • Quels sont les objectifs de ce traitement?
  • L’immunothérapie sera-t-elle mon seul traitement? Sinon, quels autres traitements feront partie de mon plan de traitement?
  • Comment vais-je recevoir un traitement d’immunothérapie et à quelle fréquence?
  • Quels sont les effets secondaires possibles à court et à long terme de l’immunothérapie?
  • Comment ce traitement affectera-t-il ma vie quotidienne? Pourrai-je travailler, faire de l’exercice et exécuter mes activités habituelles?
  • Quels essais cliniques d’immunothérapie sont disponibles pour moi?
  • Qui dois-je appeler pour des questions ou des problèmes?